Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

                   K-Direct - Actualité

K-Direct - Actualité

L'information en continu


Contribution : Le voleur d'Akbou. Par Hmimi O'vrahem. K-Direct

Publié le 1 Novembre 2016, 21:33pm

Catégories : #Contribution

Contribution : Le voleur d'Akbou. Par Hmimi O'vrahem. K-Direct

Le voleur du marché d’Akbou

Beaucoup d’ennemis des Kabyles et de la Kabylie se sont jetés sur l’occasion pour insulter les gens d’Akbou et des environs et même de les traiter de « sauvages ». D’abord, la sauvagerie n’est pas kabyle ! Les gens d’Akbou ne sont pas des musulmans extrémistes pour être des «  sauvages », Il n’y a pas plus d’une décennie, les représentants de l’Islam en Algérie décapitaient des bébés et jeter leurs membres sur des toits. Ils violaient les femmes en groupes, coupaient des têtes en les exhibant sur les routes…et toutes ces victimes étaient innocentes, leur seul crime était d’être « algériens ». C’est pour cela, qu’aujourd’hui en Algérie, les femmes mettent le hidjab par peur et non par conviction, que la plupart des hommes prient par lâcheté. 

Le voleur du marché d’Akbou était connu de tous et surtout par les services de la police. Il était intouchable ! Les vendeurs de bétails ont affirmé qu’ils ont déjà porté plainte contre lui, mais qu’il ne fut jamais arrêté par la gendarmerie ou la police.  

Les commerçants avaient même peur qu’il ne soit protégé.  Sinon, comment expliquez-vous  que ces trois voleurs puissent sévir au marché d’Akbou pendant des années ;  et en volant des sommes faramineuses aux pauvres  vendeurs et acheteurs de bétails  qui se lèvent à 1h du matin pour gagner honnêtement  leurs vies? Les seules victimes au marché d’Akbou étaient les vendeurs et les acheteurs de bétails.  Un paysan de la région d’Ait Abbas s’est vu dérobé une somme pour laquelle  il avait passé sa vie à amasser. Il avait emprunté 50 000 Dinars pour acheter des bœufs et pouvoir ainsi  travailler la terre. Ces mêmes voleurs lui ont pris une somme de 280 000 Dinars et l’ont laissé se débattre entre la vie et la mort avec son diabète a la porte du marché. C’est ce que dans le monde de l’honnêteté, on appelle une victime.

Les bœufs ne furent jamais achetés, la terre n’a pas été défrichée,  la victime et sa famille enlisés encore un peu plus dans la pauvreté.  Voilà  ce qu’on appelle un «  crime » ! Un crime ressenti même par la « terre » de Kabylie, et cette terre qui pardonne rarement à ses détracteurs.

Pas touche à la Kabylie ! Le vol et la prostitution du caractère ne font pas parties de nos valeurs ou même de nos défauts.  

Hmimi O’Vrahem

 

À lire également sur le même sujet 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents