Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

                   K-Direct - Actualité

K-Direct - Actualité

L'information en continu


Contribution : Le 1er Novembre une révolution Kabyle, une consécration arabo-Algérienne. K-Direct

Publié le 2 Novembre 2016, 18:18pm

Catégories : #Contribution, #Histoire

 

Le 1er Novembre 1954, une révolution Kabyle, une consécration arabo-Algérienne, laissant un goût d'inachevé du moins pour tous Kabyles conscients du désastre survenu le 5 juillet 1962. 


Dès le début des années cinquante juste après la Crise dite " Berbériste " de 1949, le courant panarabiste anti-pluraliste, dirigé par Messali El Hadj qui se nourrissait d’une idéologie purement orientaliste raciste, affichait déjà son anti-Kabylisme via l'exclusion et la marginalisation  des Militants  Kabyles au sein même du PPA " Parti du Peuple Algérien " pour leur attachement à leur Kabylité au détriment de l'Algérianité. 

Quelques mois plus tard, les Militants Kabyles furent confrontés à des liquidations physiques de grandes envergures. Une réalité qui n'a pas fait trembler le patriotisme Kabyle et réussir à les dévier de leur objectif ultime "la libération" de l'Algérie dans le but de retrouver la souveraineté de la Kabylie, 
Cet anti-Kabylisme et ces assassinats auraient pu ouvrir les yeux à ces Kabyles et réveiller tous les doutes à propos de la destinée de la Kabylie  dans la future Algérie indépendante. 

Mais l'attachement  des Kabyles à leur patrie qu'ils confondaient allègrement avec l'Algérie dont ils se sentaient les plus légitimes,  les empêchaient de s’unir pour leur propre cause. 
Ainsi, bien des Militants Kabyles ont choisi de mettre de côté leur Kabylité et ralier la cause de Messali pour libérer  une Algérie qui ne leur appartiendra jamais, le plus malheureux, c'est de participer par la suite et indirectement à la liquidation des Kabyles les plus récalcitrants à l'image de Benai Ouali, Mbarek At Menguellet et d'autres anonymes. 

Toujours à l'avant garde, les Kabyles ont donné  plus qu'il ne fallait pendant la guerre  de libération de 1954. L’histoire nous a appris que la Kabylie appelée la "wilaya III" avait même envoyé ses combattants vers d’autres régions d'Algérie  pour pouvoir déclencher la guerre contre l’armée française et faire croire à une insurrection générale de l'Algérie. 

Le 20 août 1956 vint le Congrès de la Soummam, organisé en Kabylie par des Kabyles, et c'est pendant les travaux que ressurgi le problème identitaire de la future Algérie indépendante.

L’hostilité affichée d'abord par l'absence flagrante des adeptes d’une Algérie arabe au Congrès de la Soummam,  était un deuxième signe d’une grande machination qui se profilait à l’horizon. 
Hélas, trompés  par leur propre patriotisme, les Kabyles continuaient à se sacrifier même quand des combattants de valeur tels Abane Ramdane  et Amirouche Ait Hamouda tombaient dans des embuscades douteuses à l'époque, mais dont nous sommes certains aujourd'hui, qu'ils s'agissait des prémices d'un coup d'Etat anti-Kabyle  suite aux informations et aux témoignages des uns et des autres. 

Juste après la proclamation de l'indépendance de l'Algérie en 1962,  Ahmed Ben Bella le premier Président de l'Algérie, personnage narcissique et zélé, déclara de la tribune de la Présidence dont il s’était accaparé que «nous sommes  arabes, arabes, arabes », affichant ainsi avec un tel forcing, que les Kabyles  étaient des citoyens de seconde zone dans leur propre pays. 
Cette énième gifle avait enfin fait son effet en  Kabylie, du moins pour quelque temps. Car en 1963,  Hocine Aït Ahmed et le colonel Mohand Oulhadj décidèrent de reprendre le maquis pour régler leurs comptes avec Ahmed Ben Bella et le clan de Oujda. 

Connaissant parfaitement les Kabyles, et pour casser cette révolte, Ahmed Ben Bella avait alors recouru au patriotisme Kabyle. En provoquant une fausse guerre avec le Maroc dont il est natif, le régime de Ben Bella avait réussi à vider la Kabylie d’une partie de ses combattants qui est allée au front avec le Colonel Mohand Oulhadj, tous dépêchés aux frontières algéro-marocaines pour sauver l'Algérie d'une autre colonisation du voisin Marocain. 
L’autre partie, restée avec Hocine Aït Ahmed, subit alors une véritable descente punitive où des centaines de combattants miraculés de la guerre d'indépendance, furent tués par l'armée algérienne. 

Au début des années 1970, ce fut le tour du Chef de la diplomatie algérienne et le seul signataire des Accords d’Évian, le valeureux Kabyle, Krim Belkacem préférant l'exil au nouveau sort de son pays,  étranglé dans une chambre d’hôtel à Frankfurt en Allemagne sur ordre du remplaçant de Ben Bella, Houari Boumédiène. 

Et depuis, les tenants du pouvoir en Algérie mènent une politique d'arabisation et d'islamisation de grande envergure. Ce qu'ils ont réussi d'ailleurs dans les autres régions de l'Algérie. 
Aujourd'hui c'est la Kabylie qui est visée, cette terre qui a su résister pendant des siècles à différents envahisseurs. 
Cette terre  qui a su garder son indépendance jusqu'à l'arrivée des Français, et avec un tour de magie, livrée sur un plateau d'argent à une Algérie arabe pour continuer à la mater.  

Aujourd'hui, nous savons tous que le 1er Novembre est une date historique qui appartient au peuple Kabyle. 
À nous de la redorer en continuant le combat de nos aînés, être souverains au sens propre. 
Libérons la Kabylie. 

 

Naravas Frimus

Maquisards Kabyles
Maquisards Kabyles

Maquisards Kabyles

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents