Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

                   K-Direct - Actualité

K-Direct - Actualité

L'information en continu


Paris : Hakim AKHENAK, un Artiste Kabyle participe à l'exposition African Art Fair. K-Direct

Publié le 15 Octobre 2016, 01:26am

Catégories : #Culture, #Kabylie

Hakim AKHENAK

Hakim AKHENAK

Dans cet entretien que l'on a réalisé avec l'artiste peintre, Hakim AKHENAK, il revient sur son histoire d'amour avec la peinture, mais aussi sur sa participation à l'exposition "African Art Fair", qui se tiendra à Paris entre le 20 et le 23 octobre 2016.

Pour commencer,  une petite présentation de Hakim Akhennak à nos chers lecteurs.

Je suis un artiste peintre, né le 22 janvier 1983 à Akbou en Kabylie. je suis diplômé de l’Ecole Supérieure d’Alger  où j’ai obtenu le diplôme Supérieur d’études Artistiques  et j’ai, aussi obtenu le Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique à l’Ecole Supérieures d’Art de Dunkerque. J’ai eu le deuxième prix universitaire des arts plastiques en 2007, le 3eme prix Ali Machi en 2010 et le premier prix du «grand prix Aicha Haddad des peintres Algériens » . 

Pouvez-vous nous raconter votre histoire d'amour avec la peinture ?

Tout a commencé avec mon Père, peintre autodidacte, quand j'étais enfant, je ne cesse de regarder les peintures qu'il peint sur les murs, dommage il ne reste rien de ses travaux, car la peinture qu’il utilise  ne résiste pas aux changements climatiques au cours du temps. 
je me souviens de mon enseignant au collège, Chena Mohand Ouamer, sidéré par mes dessins, un jours il m'a dit  : Akhenak tu as ce que les autres n’ont pas. à l’âge de 14 ans, environ, j’ai acheté un dictionnaire d’artistes peintres anciens, modernes et contemporains occidentaux. ce dictionnaire m'a permis de plonger dans le monde de la peinture, j’ai rencontré les peintres du Clair-Obscur comme Le Caravage, Rembrandt , et George De La tour, leurs oeuvres me renvois à cette vie d’enfance partagée entre la misère et le charme de notre culture ancestrale que ma mère , mon père, ma grand-mère et mon grand-père nous racontent autour du feu la nuit. Après l’obtention de mon bachaloréat, j’ai fait une inscription à l’université Abderrahmane Mira de Bejaïa, trois ans aprés, j'ai abandonné mes études et j'ai fait une inscription à l’école Supérieure des Beaux-Arts d’Alger, j’ai fait 5 ans d’études en peinture dans cette dernière école , avant de quitter l'Algerie pour une formation à l’Ecole Supérieure d’Art de Dunkerque  en France où j'ai obtenu le Diplôme Supérieur National d’Expression Plastique. Dans Ces deux Ecoles, j’ai réalisé le projet de peinture qui s’intitule «sur les traces de la guerre »,c’est un sujet inspiré du clair-obscur et les années de la décennie noir en Algérie. J’ai travaillé plus sur le thème des disparus, 20000 disparus, de cette guerre civile. Ce qui m’a poussé à travailler sue ce  thème, se sont ces pauvres familles que je rencontre quotidiennement dans les rues d'Alger.

Pensez-vous  que l'artiste à  réellement les moyens qui lui permettent de propulser et de développer son génie ?

Le peuple subit une succession de périodes pénibles, il n’est pas stable, et cela se répercute négativement sur les artistes créateurs, car la stabilité permet de penser au confort, et le confort c’est l’art qui le crée. Alors l’artiste il n’a pas le choix, il préfère  quitter le pays, que de rester dans un lieu qui ne lui rapporte presque rien, soit sur le côté financier, mais aussi sur le côté intellectuel. Mais, une chose importante, on est toujours attaché à notre terre natale qu'on a quitté involetairement et on est venu pour se former pour transmettre notre savoir aux enfants de notre pays. 
 
Vous participez dans une grande exposition sur paris entre le 20 et le 23 de ce mois, que cela représente pour vous?

C'est ma première exposition après l’obtention de mon diplôme ici en France, et ca va être une occasion pour que les amoureux de l'arts puissent découvrir mes travaux et mes compétences, et même une opportunité pour rencontrer des personnes dans le domaine de la peinture, échanger nos idées et nos expériences.

Qui sont les noms du monde de la peinture qui vous impressionne ?

Je peux vous citer :  Issiakhem , Baya et Khedda. Les  occidentaux, il  y a bien sur les peintres du clair-obscur qui j’ai bien cité avant, aussi les impressionnistes comme Marie Cassate, l’artiste autodidacte Française Séraphine, et les artistes de l’avant-garde comme Modigliani. Et plus récemment le peintre Etienne Sandorfi le Hongrois décédé en 2007.  

Est ce que vous pouvez nous parler en bref de vos projets ?

Comme je suis un passionné d’histoire de l’art, je veux bien avoir un doctorat en cette discipline, pour tenir ce que j'ai promis à mes parents. je veux aussi  enseigner , un jour ,pour transmettre mon savoir faire et mes compétences intellectuelles aux autres et  comme tout artiste je souhaite exposer mes oeuvres un peu partout dans le monde.


Entretien réalisé par 
Amar BENHAMOUCHE
 

Hakim AKHENAK
Hakim AKHENAK
Hakim AKHENAK
Hakim AKHENAK

Hakim AKHENAK

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents