Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

                   K-Direct - Actualité

K-Direct - Actualité

L'information en continu


Contribution : Kabylie/Algérie, un mariage forcé entraîne un divorce inévitable. K-Direct

Publié le 5 Octobre 2016, 14:16pm

Catégories : #Politique, #Kabylie

Contribution de Kamel Aït Izem

Contribution de Kamel Aït Izem

Je suis resté sous silence pendant tant de temps afin d’observer et de rédiger cet écrit. Un écrit que j’espère constructif et instructif apportant une vision sur la sécession. Ce n’est plus utopique de croire au détachement politique de notre pays avec le pays qui nous colonise depuis 1962, cela sera par contre historique et Héroïque.

Historique du fait de recouvrer sa liberté confisqué par les Français en 1857 et Héroïque car contrairement aux indépendances acquises suites aux premières décolonisations, nous n'avons ni soutien militaire de l’Egypte, ni d’Algériens qui nous portent des valises, ni un général qui veux brader la Kabylie en disant « Kabylie Algérienne » et ni aide financière ou politique, nous comptons exclusivement que sur nous-même. Les ressources viennent uniquement des bourses des Kabyles et seulement sur le volontariat, nul personne n’est condamnée car il n’aurait pas versé ni d’ailleurs est obligée de payer.

Héroïque car le peuple Kabyle adhère librement à la notion de décolonisation, personne ne l’oblige à y prendre part et pacifiquement. Il est tellement facile de s’engraisser en trahissant les siens qu’il est incompréhensible pour l’occupant de comprendre les raisons profondes de l’enthousiasme et de l’envie d’un peuple à vouloir s’émanciper. La liberté est innée dans chaque Kabyle, le fait d’être colonisé le rend toujours, dans un premier temps dans la revendication puis dans la décolonisation.

J’insiste sur le mot « décolonisation » car la Kabylie est bien une colonie Algérienne, elle n’est en aucun cas Arabe. Pour la rendre Arabe, le pouvoir despotique et inique n’a eu qu’à s’appuyer sur des Kabyles de Service et maintenant en installant des gens qui viennent d’ici et de la mais jamais de chez nous. Ce sont les « importés » ; afin de détruire le peuplement autochtone Kabyle, le colonisateur a organisé une invasion de notre Nation (pour l’instant sans Etat) par l’annexion de notre territoire et par l’installation massive d’Algérien sur la terre de nos aïeux. Vous pouvez le constater surtout lors de l’attribution de logement où quelques-uns sont réservés aux Kabyles, c’est la colonisation par le peuplement d’autant plus que eux procréer plus que nous et à court terme ils seront largement plus nombreux que nous.

D’autre part, ce qui est marrant en Algérie, ces qu'ils parlent de nous comme des séparatistes ou que l’on cherche à diviser leur pays. Ils ont raison, car pour eux, nous ne sommes pas des Kabyles mais des Algériens. En quelques sortes, pour les Ottomans, les Arabes et les peuples Berbères étaient des Ottomans tout comme il y a peu de temps nous étions des sujets Français ou des indigènes. Par cela je veux dire que selon la position, occupant ou occupé, la terminologie est importante, et de ce fait une personne qui se dit Kabyle ne peut se revendiquer Algérien ou inversement. Par contre, un Kabyle De Service qui vit en Algérie ou à l’étranger (surtout en France) peut se dire Kabyle Algérien dans la mesure où il a vendu son honneur et sa fierté qui faisait de lui un Kabyle.

Nous savons qu’aujourd’hui, le pouvoir colonial paniqué, organise une répression féroce en convoquant sans cesse nos concitoyens indépendantistes dans leurs centres de rétentions et d’interrogations ou simplement en interdisant d’exercer une activité salariée déclarée. Face à l’insoumission grandissante de la Kabylie et l’ampleur prit par le Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabyle, le pouvoir oppresseur et tyrannique est déterminé à éliminer tout Kabyle indépendantiste par différents moyens en s’appuyant sur ses relais et son imagination diabolique.

A cela, j’appelle tout mon peuple à s’unir face à l’autocratie et au pouvoir illégitime qui nous gouverne. Ainsi, je parlerai bien d’une sédition, mais sachant que le pouvoir en place qui essaye de nous gouverner est illégal, je parlerai plutôt d’une révolution non violente et sans effusion de sang, car en tant que Kabyle, je ne reconnais pas Alger comme Capital ni les représentants élus du pays qui n’est pas le mien.

Par cela, combattons le pouvoir d’occupation et ses alliés afin d’obtenir la décolonisation. Tous avec le MAK.

Kamel Aït Izem

Commenter cet article

BAOUZ 13/10/2016 21:26

Tanemirt-ik a mas Karim, d ayen illan idurid

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents