Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

                   K-Direct - Actualité

K-Direct - Actualité

L'information en continu


Algérie: Tamazight interdite sur les maillots des joueurs par la ligue Algérienne de football. K-Direct

Publié par Augustin sur 22 Septembre 2016, 20:28pm

Catégories : #Algerie, #Actualité, #Politique

Algérie: Tamazight interdite sur les maillots des joueurs par la ligue Algérienne de football. K-Direct

Le plus ancien des clubs Chaouis a été, l’année dernière, le premier club algérien à avoir transcrit les noms des joueurs en langue Tamazight sur ses maillots.

Cette année, et après avoir accédé à la première division, le club chaoui a reçu une note de la Ligue Algérienne de football lui interdisant l’utilisation du tifinagh sur les maillots des joueurs.

D’après des informations, les maillots écrits en tifinagh en prévision du déplacement à Tizi Ouzou pour affronter la JSK, vont finalement être abandonnés après la mise en garde de la Ligue Algérienne de football.

À quoi joue la Ligue Algérienne de football ? A-t-A-t-elle droit d'interdire à un club de porter une langue reconnue officiellement ? En tout cas, chez les supporters du CAB, c’est l’incompréhension mêlée à la consternation. "Pourquoi interdisent-ils le tifinagh alors que tamazight est une langue officielle ?" se demande un supporter en colère. "Pourquoi on tolère toutes sortes de publicités sur les maillots et pas les noms en tifinagh ? C’est une grande injustice !" ajoute un autre.

Chez ce groupe de supporters, la décision est prise : "Nous allons porter ces maillots floqués en tifinagh samedi soir pour le "classico amazigh" à Tizi Ouzou".

Ces dernières années, l’usage du tifinagh est très en vogue dans le pays chaoui ; fronton de mairie, plaque de signalisation et maillots sportifs, le tifinagh est de plus en plus visible dans l’espace public. Cet engouement pour le tifinagh est freiné malheureusement par les agissements de certaines institutions qui mettent des entraves au développement du tifinagh, au mépris de la constitution qui stipule pourtant noir sur blanc que la promotion et le développement de tamazight incombe à l’État Algérien.

Augustin. C

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents