Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

                   K-Direct - Actualité

K-Direct - Actualité

L'information en continu


Algérie : Le business, le sport préféré des enfants des dirigeants Algériens. K-Direct

Publié par Sophie sur 29 Septembre 2016, 20:28pm

Catégories : #Enquete, #Algerie, #international

Algérie : Le business, le sport préféré des enfants des dirigeants Algériens. K-Direct

En Algérie, l’argent et le pouvoir entretiennent des liaisons dangereuses, très dangereuses. De nombreux hauts responsables, actuellement en poste ou “retraités”, ont des enfants qui font florès dans le monde du business. Certains sont milliardaires et d’autres ont investi des sommes faramineuses à l’étranger. La plupart d’entre-eux activent dans le secteur très opaque de l’import. Quelques-uns ont des projets industriels. Mais tous ont un point commun : ils ont grandi avec les privilèges des fonctions de leurs pères. Nous vous dévoilons, pour la première fois, une liste exhaustive de certains de ces rejetons de hauts responsables qui amassent des fortunes grâce à leurs activités économiques.

– Le fils du colonel Benaissa, Yacine Benaissa, ainsi que le fils du général major Mohamed Zenakhri, l’ancien secrétaire général du ministère de la Défense Nationale, mènent la belle vie grâce à leurs affaires dans le secteur de l’agroalimentaire. Selon nos sources, après avoir réussi dans l’importation des produits alimentaires, ces deux “hommes d’affaires” ont créé une filiale au Maroc.

– Sidi Ali Médiene est le fils du célèbre général Toufik. Il a développé une entreprise florissante dans les prestations de services informatiques. Il a également monté un business dans l’importation des équipements informatiques.

– Amine Ouyahia, le fils de l’indéboulonnable Ahmed Ouyahia, chef de cabinet de la Présidence de la République, s’est enrichi dans le secteur de l’informatique où il distribue à titre exclusif de nombreux logiciels pour la sécurité des réseaux et des équipements high-tech avec sa boite OTEK qui exporte ses services jusqu’au Moyen-Orient.

– Farès Sellal, le fils de l’actuel Premier ministre, Abdelmalek Sellal, faisait des affaires dans le secteur automobile où il était notamment responsable de la marque Mazda. Aujourd’hui, il se fait nettement plus discret et selon nos sources, il aurait investi dans le secteur de la santé, plus précisément dans une clinique d’hémodialyse.

– Amal Alleb, Lamari de son nom de jeune fille, fille du célèbre général-major du DRS, Smaïl Lamari, l’un des officiers les plus influents des services secrets algériens de son vivant, dirige une affaire très juteuse dans le secteur de l’industrie pharmaceutique grâce à son entreprise Pharmalliance.

– Lamine Boustila, le fils du général-major Ahmed Boustila, patron pendant des années de la Gendarmerie nationale, jouit d’une fortune considérable grâce à de nombreuses activités menées conjointement avec ses frères, dans plusieurs secteurs : import, médicaments, ports secs, etc. Son affaire la plus récente concerne l’importation des batteries pour véhicules.

– Lotfi Nezzar, fils du général Khaled Nezzar, le plus célèbre et le plus controversé des générauxdes années 90, a percé dans le secteur des télécommunications avec son entreprise SLC qui commercialise notamment des solutions d’accès Internet pour professionnel.

– Karim Zeroual, le fils de l’ancien Président de la République, Liamine Zeroual, mène, quant à lui, des activités très lucratives dans le secteur de l’importation du bois.

– Le fils de Djamel Ould Abbès, ancien ministre de la Solidarité Nationale, et un des thuriféraires les plus zélés d’Abdelaziz Bouteflika, possède une limonaderie.

– Wahid Benflis, le fils d’Ali Benflis, ancien Chef du Gouvernement et candidat aux élections présidentielles de 2004 et 2014, active dans le domaine du consulting où il propose ses services pour l’accompagnement des entreprises étrangères en Algérie.

– Les enfants du général Mohamed Betchine, l’un des généraux les plus connus de la hiérarchie militaire des années 90, possèdent et gèrent une usine de faïence et une briqueterie à Ain Smara, dans la région de Constantine.

– Le fils du Wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, s’occupe d’une entreprise de réalisation en bâtiment. Il a récemment décroché de considérables marchés à Alger et un peu partout dans le pays.

– Amine et Mouloud Melzi, les enfants du puissant directeur de la résidence d’Etat du Sahel au Club des Pins, sont devenus milliardaires grâce à leurs affaires dans plusieurs secteurs. Vitajus, une entreprise de fabrication de boissons, une autre de maintenance des ascenseurs, une entreprise d’installation de parcmètres, une société de distribution de café, une autre de commercialisation de matériel et équipement pour hôtellerie, des propriétés immobilières, etc. La famille Melzi possède un véritable empire.

– Les enfants du général et ancien inspecteur général des armées, Mohamed Atailia, ont bâti d’authentiques fortunes dans l’importation de liqueurs et boissons alcoolisées ainsi que la brasserie. En 2007, l’Etat leur a cédé la brasserie de Réghaï. Une opération de privatisation qui s’est soldée par un échec retentissant.

– Le fils de l’ex-président Chadli Bendjedid, Tewfik Bendjedid, fut longtemps l’un des hommes les plus riches d’Algérie. Ses affaires dans divers secteurs lui ont permis d’amasser une fortune colossale, si colossale qu’il a été contraint de recourir aux services du fameux cabinet panaméen Mossack Fonseca pour cacher son argent dans les banques de ce paradis fiscal qu’est le Panama.

– Le fils de Saïda Benhabilès, ancienne ministre de la Solidarité Nationale et actuellement présidente du Croissant Rouge Algérien, est dans le domaine de la promotion immobilière. Il développe en ce moment un projet ambitieux à Souidania, dans la banlieue ouest d’Alger.

– Le fils de Mostefa Benmansour, l’ancien ministre de l’Intérieur en 1995, est un important promoteur immobilier qui dirige de nombreux chantiers à Alger notamment à El-Mouradia avec les enfants d’Ali Kafi, l’ancien président du Haut Comité d’État.

– Amine Zerhouni, le fils de Yazid Zerhouni, l’ancien ministre de l’Intérieur et ami du président Abdelaziz Bouteflika, est l’un des détenteurs des comptes bancaires offshores au Panama, un paradis fiscal. Il a fait des affaires avec plusieurs entreprises étrangères dont le suisse Valartis Group, le principal investisseur dans le Centre Commercial Bab Ezzouar.

Sophie.R

Source : Algérie Focus

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents