Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

                   K-Direct - Actualité

K-Direct - Actualité

L'information en continu


HISTOIRE - L'Emir Abdelkader et sa tentative de régner en Kabylie

Publié par Aksil sur 9 Août 2016, 11:25am

Catégories : #Histoire

HISTOIRE - L'Emir Abdelkader et sa tentative de régner en Kabylie

Après la signature par les deux parties du traité de TAFNA le 30 Mai 1837, le maréchal VALLEE s’appliquait à consolider sa puissance, l’Emir Abdelkader quant à lui cherchait à reconstituer la nationalité Arabe dont il est le souverain.
Dans son article 2 entériné par l’Emir Abdelkader il lui est reconnu uniquement d’administrer la province d’Oran celle du Titterie et une partie de celle d’Alger.

L’Emir Abdelkader voyait surtout d’un œil jaloux l’autorité Française qui allait prendre racine dans la majorité du territoire du pays en regrettant quelque peu les dispositions du traité de Tafna.
Il attendit qu’on lui fournisse un prétexte pour recommencer une lutte, les hommes étaient aguerris, les magasins largement approvisionnés, il ne lui manquait plus que de solides alliances et il comptait les trouver Chez le marabout Tidjani de Laghouat et parmi les tribus kabyles.


Il leur écrit : «Allah s’est servi des infidèles pour chasser les tyrans (Turcs) : il faut maintenant se réunir contre les infidèles ».
Les Kabyles sous le commandement de si Chérif Ben Salem qui les conjura au nom du prophète à se joindre à l’Emir pour chasser les infidèles n’ont pu êtres approvisionner davantage en munitions lors de l’attaque de la garnison de BOUDOUAOU.


Devenus chair à canons après une lutte de douze heures ils abandonnèrent le champ de bataille sans consentir à voir l’Emir ni aller plus loin.


Ce dernier étant préoccupé dans la pleine de la Mitidja à l’offensive des troupes françaises qui avaient reçu des renforts pour occuper Blida et la chiffa.


L’Emir Abdelkader en voyant ses efforts peu soutenu contre l’implantation de la colonisation dans la MITIDJA, se décida de faire une visite aux arches Kabyles de la vallée de la Soummam.


Il toucha d’abord les Zammoum, les At kaçi et certaines familles maraboutiques de moindre importance.
Il s’était avancé à la fin de 1837 dans le Hamza (Bouira) ou il exécuta dans les premiers jours de 1838 une grande Razzia chez les Ouled Zitoun.


En juin 1838, l’Emir Abdelkader se rend chez le marabout TIDJANI de Laghouat, chef d’une famille illustre et qui exerçait sur les tribus environnantes une sorte de souveraineté. La ville populeuse et riche protégée par de solides remparts devait offrir à l’Emir Abdelkader de précieuses ressources et pouvait devenir la capitale de son royaume.


Abdelkader somme donc TIDJANI d’abord de le reconnaître comme chef des arabes et de lui livrer la ville - TIDJANI refusa.
L’Emir Abdelkader crut qu’il lui serait facile de vaincre l’obstination du cheikh, mais sa troupe constamment harcelée fut impuissante et après huit mois de lutte opiniâtre, il dut lever le camp.

En 1839, l’Emir Abdelkader revint en Kabylie et tenta d’attirer à sa cause les populations de la Kabylie de la vallée de la Soummam.


"Présentez-vous en pèlerin, lui dirent les cheikhs, vous serez le bien venu, mais gardez vous de parler en maître !"


Il passa à AKBOU ou il s’entretient avec les marabouts et les notables, il descendit ensuite dans la vallée pour s’arrêter à la Zaouïa de sidi Maamar en face de Bejaia, L’un de ses serviteurs pour une raison inconnue de l’assistance mais porteur d’un message prit son cheval et parti au galop vers Bejaia. Quelques jours après, un courrier venant du commandant de la place vint solliciter audience à l’Emir.


Pour ce dernier il n y avait là rien de surprenant un simple échange de courtoisie entre allié suivant le traité de la TAFNA.


Les Kabyles ne comprirent pas « ces échanges de courtoisie. » ils l’accusent de violer l’hospitalité en entretenant des bons rapports avec l’ennemi qui peut en n’importe quel moment surgir sur eux. Ils profèrent des menaces d’arrêter l’Emir Abdelkader.


Cependant des notables et marabouts intervinrent pour défendre l’Emir Abdelkader qu’ils accompagnèrent au delà de la limite Kabyle de la région.

Ci-après une vidéo d'un vieux Kabyle qui parlait de la démocratie en Kabylie, et la réponse des Kabyles à l'Emir Abdelkader.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents